Cursos

Podcast

Canales Youtube

Visitantes

30,476,252

HISTOIRE de l'ANCIEN MEXIQUE. Le début de l'invasion de l'Anáhuac III

Hits:4753


<br>HISTOIRE de l'ANCIEN MEXIQUE.
<br>Le début de l'invasion de l'Anáhuac III
Dans le premier siècle de l'invasion, les espagnols exterminèrent 24 millions d'anahacas, par les maladies, le travail forcé et le meurtre. Il ne restait au Mexique que 25 millions d'habitants dans les années quarante du XXème siècle.

La corruption était la règle dans la Colonie, jusqu'à la chute dudernier vice- roi, Juan O ?Dononjú. La Couronne espagnole n'a jamais eu un contrôle total du vice-royaume, d'abord parce que lescommunicationsétaient lentes et peu fiables. Les espagnols qui servaient la Couronne venaient avec l'idée de faire rapidement fortune, pour retourner riches en Espagne. Ces fonctionnaires n'étaient pas en position de force, face à une vieille bureaucratie localerodée aux habitudes bien ancrées. Les recours qui arrivaient à la couronne étaient rejetés, les conflits et les intrigues entre les espagnols et les criollos allaient croissant.

En 1810, Napoléon Bonaparteenvahit l'Espagne, et retenait les rois d'Espagne prisonniers. Les criollos profitèrent de l'occasion pour se soulever cntre les gachupines,pour se libérer du pouvoir colonial. Miguel Hidalgo, qui était criollo, entraina les anahuacas, en leur promettant la liberté, mais finit par proclamerà Dolores (1): "Vivent les rois d'Espagne". Dans l'idée des criollos, quand se terminerait l'occupation française en Espagne, ils reviendraient dans le giron espagnol, mais avec le pouvoir.


<br>HISTOIRE de l'ANCIEN MEXIQUE.
<br>Le début de l'invasion de l'Anáhuac IIILa corruption était la règle dans la Colonie, jusqu'à la chute dudernier vice- roi, Juan O ?Dononjú. La Couronne espagnole n'a jamais eu un contrôle total du vice-royaume, d'abord parce que les communications étaient lentes et peu fiables. Les espagnols qui servaient la Couronne venaient avec l'idée de faire rapidement fortune, pour retourner riches en Espagne. Ces fonctionnaires n'étaient pas en position de force, face à une vieille bureaucratie localerodée aux habitudes bien ancrées. Les recours qui arrivaient à la couronne étaient rejetés, les conflits et les intrigues entre les espagnols et les criollos allaient croissant.

En 1810, Napoléon Bonaparteenvahit l'Espagne, et retenait les rois d'Espagne prisonniers. Les criollosprofitèrent de l'occasion pour se soulever cntre les gachupines,pour se libérer du pouvoir colonial.
Miguel Hidalgo, qui était criollo, entraina les anahuacas, en leur promettant la liberté, mais finit par proclamerà Dolores (1): "Vivent les rois d'Espagne". Dans l'idée des criollos, quand se terminerait l'occupation française en Espagne, ils reviendraient dans le giron espagnol, mais avec le pouvoir.
Après onze années de guerre fratricide, où les peuplesanahuacas furent seulement de ?la chairà canon?, les gachupineset les criollos décidèrentde faire la paix, et de créer leur propre pays, comme ce qui se faisait en Europe. L'Espagne même était en crise pour devenir une république. En 1821 Agustín de Iturbide commandant en chef de l'armée du vice-royaume, et Vicente Guerrero chef des insurgés, firent la paixlors de l'Accolade de Acatempan.

(1)Le "Cri de Dolores": Quand le curé Miguel Hidalgo y Costilla, le matin du 16 septembre 1810, apprit la découverte de la conspiration, il appela avec le toccin les indigènes à se soulever contre les gachupines dans le village de Dolores, Guanajuato. A la fin de sa harangue, il cria : "Vivan los reyes de España", car ce n'était pas un mouvement anti-colonial, mais anti-gachupines, c'est à dire dirigé contre les espagnols qui avaient le pouvoir dans le vice-royaume de la Nouvelle Espagne.

Après des mois d'instabilité politique, le 21 juillet 1822, Agustín de Iturbidese proclama empereur du Mexique. Neuf mois après, l'éphémère empire s'effondrait, et en 1824 était proclamée la Première République Fédérale du Mexique.

Le pays comptait alors environ six millions d'habitants, dix huit pour cent étaient "blancs", et parmi eux, sur 70 personnes blanches, une seule était gachupín, et 22 % étaient ?castas?, c'est àdirenègres ou très métissés noirs et 60 % de la population étaient anahuacas, la majorité ne parlait qu'une langue, celle attachée à la culture Mère millénaire.

On peutdire que le ?Mexique?, est un pays né sanspeuple, puisque la majoritéétaitdes anahuacas qui vivaient exclus de la prise des décisions. Une poignée réduite de gachupines et de criollos, ont créé un pays ?par eux-mêmes et pour eux-mêmes?.

Buscar